Semsi
Semsi Semsi
COVID 19 Le Semsi vous informe et vous accompagne : cliquez ici.

Protection des travailleurs à risque de forme grave de COVID-19

Accueil > COVID 19

Protection des travailleurs à risque de forme grave de COVID-19

Les employeurs doivent accorder une attention toute particulière aux travailleurs à risque de forme grave de COVID-19 (cf avis du HCSP) : il convient de limiter les contacts et sorties aux personnes elles-mêmes en raison de leur fragilité à l’égard du SARS-CoV-2.

  • Le télétravail est une solution à privilégier : il doit être favorisé par les employeurs, sur demande des intéressés et si besoin après échange entre le médecin traitant et le médecin du travail, dans le respect du secret médical. Il doit être favorisé aussi, autant que possible, pour les travailleurs qui sans être eux-mêmes à risque de forme grave vivent au domicile d’une personne qui l’est.

  • Lorsque le télétravail ne peut être accordé, il convient d’assortir le travail présentiel de mesures de protection complémentaires dans des conditions de sécurité renforcée :

- mise à disposition d’un masque à usage médical par l’entreprise au travailleur, qui devra le porter sur les lieux de travail et dans les transports en commun lors des trajets domicile-travail et en déplacements professionnels (durée maximale du port de masque : 4 heures*) 
- vigilance particulière de ce travailleur quant à l’hygiène régulière des mains 
- aménagement du poste de travail : bureau dédié ou limitation du risque (ex. : écran de protection)

Décret du 29 août 2020 sur les salariés vulnérables 

Le décret fixe au 31 août 2020, à l’exception des territoires dans lesquels l’état d’urgence sanitaire est en vigueur, la fin des placements en activité partielle, en application de l’article 20 de la loi du 25 avril 2020 de finances rectificative pour 2020, des salariés partageant le domicile d’une personne vulnérable.

Il maintient, pour les salariés les plus vulnérables, le placement en activité partielle sur prescription médicale.

"Art. 2. – Sont regardés comme vulnérables au sens du I de l’article 20 de la loi du 25 avril 2020 susvisée les patients répondant à l’un des critères suivants et pour lesquels un médecin estime qu’ils présentent un risque de développer une forme grave d’infection au virus SARS-CoV-2 les plaçant dans l’impossibilité de continuer à travailler :

1° Etre atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie);

2° Etre atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :

– médicamenteuse: chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive;

– infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3;

– consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques;

– liée à une hémopathie maligne en cours de traitement;

3° Etre âgé de 65 ans ou plus et avoir un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires;

4° Etre dialysé ou présenter une insuffisance rénale chronique sévère."

Pour accéder au décret : decret_du_29_aout_2020_sur_les_sujets_vulnerables